vendredi 31 mai 2013

Magura unveils electronic suspension system for mountain bikes

A lire sur:
By May 29, 2013
3 Pictures The Magura eLECT module (lower right) replaces the existing adjustment cap on an existing ...
The Magura eLECT module (lower right) replaces the existing adjustment cap on an existing compatible fork
Image Gallery (3 images)
When it comes to setting the damping on a mountain bike’s suspension fork, a bit of a compromise is involved. Set it too hard, and the wheel will bounce off of every little bump in the trail – set it too soft, however, and the shock will bottom out on the big hits. It is possible to manually adjust the damping on the fly, but that’s not necessarily something that all riders want to bother doing. Magura is now offering a solution, in the form of its self-adjusting eLECT electronic suspension system.
At the heart of the system is the thread-on eLECT module, which replaces the top-mounted adjustment cap/knob on existing Magura TS6 or TS8 R suspension forks. Users just unscrew the latter, and swap in the former. Among other things, the lightweight module contains a microprocessor, servo motor, 3D accelerometer, lithium-ion battery, and a micro USB port for recharging that battery.
The accelerometer not only detects when the wheel has hit a bump, but it also registers the size of that bump. Within milliseconds, the module responds by altering the suspension accordingly. It does so via a powered rotating shim on its underside, that engages the existing adjustment ports on the fork’s compression piston.
Not only does the accelerometer detect hits, but it also ascertains if the bike is on flat, uphill or downhill terrain. As long as the bike is on the flats or going downhill, the suspension remains open. If it’s going uphill, however, the fork is automatically locked rigid – this allows the rider’s pedaling energy to go more into moving the bike forward, as opposed to pumping the suspension up and down. That said, if the uphill trail gets bumpy, eLECT still allows the fork to respond.
Additionally, should the uphill trajectory culminate in a jump, the system is able to detect when the bike has entered free fall. It then opens up the suspension to allow for a soft landing, even if the bike itself is still angled upwards.
The eLECT handlebar remote
The eLECT handlebar remote
Should the rider wish to keep the fork at a given setting or otherwise override the automatic system, they can switch to manual control via a handlebar-mounted Bluetooth remote at any time. They can also set the incline angle at which the fork-locking function engages and disengages, if they’d rather keep the suspension open on the slight hills.
The module is removed from the bike for recharging, and reportedly offers 40 hours of run time per charge in automatic, or 60 hours in manual. Should the battery run out of juice mid-ride, the module will default to leaving the suspension open at a fixed setting.
While eLECT does offer some unique features, such as its ability to lock up the fork on inclines, it’s by no means the first electronic bicycle suspension system. The K2 Smart Shock was released in the late 90s, Cannondale unveiled its experimental Simon fork a few years ago, plus RockShox and Fox have both recently developed systems.
There’s currently no word or pricing or availability of eLECT.
Source: Magura via BikeRadar

Oculus Rift + Microsoft Kinect = full-on Virtual Reality?

A lire sur:
By May 29, 2013
Inition's vertigo simulator is impressively overwhelming (Photo: Gizmag)
Inition's vertigo simulator is impressively overwhelming (Photo: Gizmag)
Image Gallery (15 images)
The ledge I'm standing on has a strange existential duality. In the physical realm, it's a thin strip of red, millimeters above the floor of a pristine white booth in a basement in Shoreditch, London where the 3D tinkerers and technologists (of everything from 3D film to 3D printing) at Inition keep their toys. In the digital realm, which, thanks to the Oculus Rift wrapped around my head, my senses have decided is the more real, the ledge is the only thing between me and a 300-foot plunge.
The voice from the other realm telling me to reach forward with my arms belongs to Inition founder Andy Millns. He's concerned I'm going to bang my head (or perhaps his Oculus Rift) against the booth wall. That's easy for him to say. My arms are otherwise engaged in an inept flailing in a simultaneous attempt to not fall off (inside the game, a fail state) or over (inside the booth, an ultra-fail state).
This isn't Gizmag's first play with an Oculus Rift. Back in February, Jonathan looked at a pre-launch version. Today, two things are different. Firstly, Inition's Rift is the finished article (the current developer model, at any rate), and secondly, much more significantly, Inition has wired its Rift up to a Kinect, via a computer running the company's in-house VR vertigo simulator, that is. To get across that ledge I can't just push up on a thumbstick, or a W key. I physically have to walk. Or jump, as a previous tester (or perhaps victim) apparently attempted, having abandoned reality outright.
This is proper virtual reality, in other words, albeit it a compact form. The demo begins in a room which, unlike the ledge, I am not free to navigate. I can turn my head, of course, to examine a virtual chandelier, or to look out of a virtual window. As I'd come to hope, latency was all but imperceptible. As I'm impelled across the room by an external force (i.e. someone at Inition operating a keyboard), I come to face a door. The room, it turns out, was at the top of a skyscraper, built very close to another skyscraper which is inevitably though somewhat inexplicably connected by said ledge.
Now I'm free to move, and though, deep down, I'm perfectly content to observe proceedings from the doorway, it seems rude not to try to cross. The Kinect, looking down at me from above, can see the bright red ledge and map my progress across it: Inition's demo simultaneously Augmented and Virtual Reality. Somehow, I manage to get to the other side without falling, and ready myself for the return journey (all 5 feet of it). But by now the effort of not falling off or falling over is overwhelming, and with one self-righting misstep, I plunge from the ledge and come crashing down to Earth without a thump, there to admire the virtual grass.
It's great fun, and If I had difficulty, it may have been down to my unwillingness to let go of reality. As I lowered the Rift over my eyes, my brain clung on to the visual memory of the red ledge, conscious that even the minuscule difference in height could cause me to trip. I became convinced, rightly or wrongly, that where the Rift was telling me the ledge was didn't match its actual location. Practice doubtless helps, but a safe playing environment will be essential for people to immerse themselves fully.
Coincidentally, that's precisely the intention of Julian Williams, CEO of Wizdish. As part of Inition's current AR vs VR event, part of the Digital Shoreditch festival, Williams is showing off his invention, which, accompanied by another Kinect sensor and Oculus Rift, lets people navigate a VR space by donning special shoes and sliding their feet over the slippery dish. Spotting an opportunity for more inept flailing, I gave it a whirl.
After a few minutes I'd finally got the gist ... sort of (Photo: Gizmag)
This time a Kinect was trained on my ankles. When detecting a walking motion (or something like it), the demo moved me forward in the direction I was looking. The VR itself was rudimentary, but the point here is that the Wizdish does a good job of allowing users to walk about in a virtual space without the worry of bumping into things. The combination of shoes and Wizdish does take some getting used to, but even the few minutes I spent skidding about the thing were sufficient to tell that using it would soon become second nature. The challenge future games makers face is to get the Kinect to determine which way the gamer is facing.
In one final effort to completely freak me out, Millns introduced me to Mark Lewis of Animazoo, makers of the IGS Glove. It's an electronic glove which can track the motion of hands and fingers using inertial gyros without need of a camera (or Kinect sensor for that matter). Lewis invited me to place my hand on the "chopping block" in front of me. "You’re not afraid of electric shocks are you?" Millns quipped. He's such a kidder. Still, I couldn't help but think "oh dear" as I pulled another Rift over my eyes. At least this time I'd get to sit down.
Animazoo's IGS Glove (Photo: Gizmag)
"Nice statue," I said, pointing vaguely ahead of me, forgetting that so far as Millns and Lewis were concerned, I was pointing at Julian Williams and his Wizdish at the other side of the room. It was then that I caught a glimpse of my hand, or its digital proxy. "You'll notice a few fingers are already missing," said Lewis. Thank you, yes, I had noticed that. What I was only just beginning to notice was the bloodied guillotine just above me.
It would be an exaggeration to say that my rational mind (what there is of it) had to overpower my instincts in order to place my hand under the guillotine, but this demo certainly has the power to disconcert. It's not so much the drop of the blade as the anticipation of it, though Lewis gently touching my wrist to coincide with the incision of the blade was certainly effective. I had been expecting to lose another finger or two. Instead my whole hand had gone.
If the Oculus Rift demos by Inition and friends tell us anything, it's that though the device may be well suited to standard video games, it has much greater potential for immersion when combined with a dedicated, safe environment (as with the vertigo demo) or when complemented by other technology like Kinect, the Wizdish and IGS Glove. If there were shortcomings in any of the demos, the limiting factor seemed to be the Kinect, not the Rift. And the Kinect, we're told, has been greatly improved for Xbox One. Whether it will allow accurate tracking of body motion is perhaps doubtful, but it's precisely this that the Rift is crying out for. Otherwise, barring a resolution bump or two, the Oculus Rift itself isn't far away from perfection.

jeudi 30 mai 2013

Avec son écran Oled flexible et incassable, LG prend de l'avance

A lire sur:[QUOTIDIENNE]-20130530-[ACTU-avec_son_ecran_oled_flexible_et_incassable__lg_prend_de_l_avance]

Le 29 mai 2013 à 11h37
Par Sylvain Biget, Futura-Sciences
Le coréen LG a présenté un écran Oled flexible de 5 pouces, en plastique incassable, lors du salon SID 2013 qui s’est tenu au Canada la semaine passée. Très abouti et économique, il pourrait bien équiper les smartphones de la marque dès la fin de l’année.
Le constructeur de smartphones LG serait peut-être le premier à lancer un modèle doté d’un écran tactile flexible. En tout cas, le prototype d’écran qu’il a présenté la semaine dernière à Vancouver (Canada), lors du salon Society for Information Display 2013 (SID), semble être la proposition d’écran souple et flexible la plus aboutie du moment.
L'écran Oled (Organic Light-Emitting Diode, pour diode électroluminescente organique) de 5 pouces et épais d’un millimètre qui a été dévoilé est conçu à partir d'une structure en polymère, conductrice et solide. Un matériau qui lui permet d'être à la fois souple, léger, économe en énergie, incassable et surtout peu onéreux à fabriquer. C’est pour cette raison que le modèle final sera certainement très proche du prototype, et qu’il est pratiquement prêt à être intégré à un smartphone. Celui-ci pourrait même sortir au cours du quatrième trimestre 2013, comme le laissait entendre voilà un mois le vice-président de LG, Yoon Bu-hyun, au Wall Street Journal.
Avec un tel écran, l’utilisateur pourrait se passer de l’achat d’une coque de protection, puisqu’il est incassable, selon les dires de LG. Sur son stand du salon SID, confiant, le constructeur proposait même aux visiteurs de vérifier cette affirmation à l’aide d’un maillet. Pour le reste des détails techniques, LG s’est montré avare et très discret, puisque rien d’autre n’a filtré de cette présentation.

L'écran souple photographié par le magazine Web Engadget sur le stand LG au salon SID 2013. Sa diagonale atteint près de 13 cm (5 pouces) et il n'est épais que d'un millimètre. © Engadget
L'écran de LG sera-t-il l’« élu » parmi les prototypes ?
Le géant coréen avait déjà présenté un écran monochrome ultrafin et flexible de 15 cm de diagonale, en guise de livre électronique, reposant sur la technologie E-ink (encre électronique). Aujourd’hui, comme d’autres constructeurs, LG cherche à donner des formes aux écrans des smartphones. Les exemples ne manquent pas dans le domaine. De nombreux prototypes sont présentés depuis des années : c’est le cas de Sony et de son surprenant écran enroulable, de Nokia avec son téléphone « tordable », de la société Atmel avec son écran-film XSense, ou encore de Samsung, dont les technologies avant-gardistes en matière d’écrans flexibles ont bien du mal à dépasser le stade du prototype.
Au salon CES (Consumer Electronics Show) de janvier 2013, Samsung a présenté un écran flexible à Oled baptisé Youm, d'une résolution de 300 PPP (pixels par pouce). L’effet d’annonce du concurrent étant passé, Samsung se voit désormais contraint de repousser d’un an, voire de deux, la sortie dans le commerce d’un smartphone doté de ce type d’écran. Trop fragiles, les diodes de sa technologie Oled doivent être renforcées par un procédé encore trop long et complexe à appliquer pour une fabrication industrielle.
Certes entré un peu tard sur le terrain de la flexibilité, mais plus sûrement, LG pourrait donc prendre aisément de l’avance avec une technologie aboutie et économiquement intéressante, pour accéder à une production massive. En plus de cette présentation, lors du SID, LG a également dévoilé un écran Full HD d’une diagonale de 7 pouces et d’une résolution de 300 PPP pour les tablettes. Sur le stand on trouvait aussi de nouveaux écrans Ultra HD de 14 et 23,8 pouces, et un étrange écran courbé de 55 pouces.

Perk browser rewards you with points when you search or shop

A lire sur:

By Clémence Coursimault May 30, 2013 acheteuse devant une barre de recherche taille humaine

Austin, Texas-based technology incubator Jutera Labs has just launched Perk, a web browser which enables website visitors to earn points that they can use when purchasing their favorite brands.

Couponing is a practice that right from the beginning caught on very fast with consumers, many of whom are increasingly looking to save money and find deals. This was the starting point for the Jutera Labs team, who have developed a web browser specifically targeting consumers with this mindset. Their Perk browser offers users rewards for conducting site searches using Perk. Rewarding users for their web searches is not exactly new, of course. Microsoft has already tried this approach with Bing, which paid its users to browse using its search engine. However, that initiative did not really succeed in attracting a sufficient number of users. Jutera Labs is taking a similar approach with Perk, a web browser geared specifically to rewarding loyal users and so building a sizeable community of online shoppers, which in turn opens up new opportunities for partnering brands.
An opportunity for brands
Perk’s business model is to offer a win-win situation for loyal users and the brands who sign up to partner with the browser. Users are rewarded every time they surf, search or purchase online. The points that users can earn and use depend on what exactly they do online and also on the particular brands they wish to spend their points on. Perk points can be redeemed for rewards such as gift cards, airline miles, gadgets, prizes and even donations to charities.As an example of points equivalence, at Walgreens Pharmacy – the largest drug retailing chain in the United States – three points are worth $1. The Perk team have already garnered support from over 2,000 brands, among them the electronics giant Best Buy, Starbucks coffee bar chain and Bloomingdale’s department store. Perk works on both Windows PCs and Mac, and an iOS version will be available soon.
‘Lite’ version links up with other browsers
The Perk creators are thus betting on a very basic online tool – the web browser – to promote e-commerce. This would appear to be quite a gamble, given that most users remain loyal to the browser they habitually use, where they store their data and list their favorites. With this in mind, the Jutera Labs team have also developed Perk Lite, an application available on the Chrome web store which offers Chrome users who want to stick to their preferred browser the opportunity to integrate Perk functionality. Perk could turn out to be a winner. After all, the browser offers rewards exclusively to its users, while rival search engines frequently get a bad press for their general lack of efficiency.

Logiciel open-source vs. propriétaire : la qualité est fonction de la quantité

A lire sur:

Par Clémence Coursimault 29 mai 2013 
lettres découpées disant open source

Logiciel open-source ou propriétaire? Les avis divergent en entreprise, notamment en fonction de préoccupations d’image ou de sécurité. Une nouvelle étude montre que la réponse dépend surtout de la taille des projets auxquels ils sont employés.
Depuis plusieurs années, deux camps se dessinent, entre partisans de logiciels open-source ou propriétaires pour l’entreprise. Par opposition au logiciel open-source, le logiciel propriétaire est par définition fermé à toute intervention extérieure. Le logiciel open-source en revanche est “ouvert” et autorise d’autres développeurs que ceux de l’entreprise à contribuer au développement du logiciel ou du code source, et à l’améliorer collectivement. Traditionnellement, la plupart des entreprises préfèrent le logiciel propriétaire qui présente un gage de sécurité. La statégie open-source, quant à elle, donne l’image d’une entreprise plus innovante, qui tire parti de la participation de talents externes à l’entreprise, s'avère un modèle apprécié même dans des industries aussi réglementées que la santé. Le rapport annuel 2012 de Coverity tente de rebattre les cartes du débat en confrontant l’efficacité des deux modèles. Selon ce rapport, ni l’un ni l’autre des modèles ne prévaut dans l’absolu ; tout dépend de la taille de la base de codebase (c’est-à-dire de l’ensemble du code source qui sert à développer le logiciel en question).
Une amélioration globale de la qualité du code
Le Coverity’s annual Scan report 2012 analyse environ 450 millions de lignes de code, open-source ou propriétaires. Ce rapport, publié annuellement depuis plusieurs années, fait état du plus grand nombre de lignes de code jamais testées. Plus de 68 millions de lignes de code open-source ont ainsi été testées, et plus de 381 millions de lignes de code propriétaire, ce qui représente au total, 374 projets scannés. L’étude met avant tout en lumière une augmentation de la qualité globale du code, et donc des logiciels, open-source et propriétaires. Ces résultats sont mesurés en calculant la densité d’erreurs dans un code, autrement dit le nombre d’erreurs qui apparaissent dans 1000 lignes de code testées. D’après Coverty, cela reflète, notamment une plus grande attention accordée par les entreprises aux les procédés de test de leurs logiciels de code. Les deux modèles ont des taux d’erreur globaux équivalents ; le logiciel propriétaire présente un taux d’erreur de 68%, l’open-source de 69%. Difficile, donc, de déterminer un modèle plus efficace que l’autre. En réalité, les entreprises doivent faire leur choix en fonction de la taille de leur codebase.
L’open-source recommandé pour les petites codebases
L’étude met en lumière l’impact de la taille du projet codé sur sa qualité. Alors qu’une amélioration de la qualité globale du code est constatée, en examinant de plus près la taille du codebase, les marges d’erreur des modèles open-source et propriétaire divergent. En effet, pour les petits codebases, l’open-source montre des résultats bien supérieurs. Entre 500 000 et 1 million de lignes de code, ce type de code enregistre 44% de densité d’erreur. En revanche, le logiciel propriétaire présente un taux moins important d’erreur pour les projets qui excèdent 1 million de lignes de code, soit environ 33% de défaut. L’un des explications avancées pour expliquer cette différence est que les projets open-source sont souvent focalisés sur un projet précis avec une équipe spécifique de développeurs et fonctionnent donc mieux sur des projets de petite taille. A l’inverse, les logiciels propriétaires nécessitent en général un niveau minimal de ligne de code pour être correctement rodés. Open-source vs. Propriétaire? Il semblerait que chacun corresponde à une envergure de projet différente.

Nombre d'internautes en Europe

A lire sur:

Evolution du nombre d'internautes en Europe entre 2011 et 2012 selon comScore.
Fin 2012, la Russie, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni rassemblent les quatre plus grandes populations internautes d'Europe : plus de 196 000 millions au total, soit presque la moitié des internautes européens. L'Europe compte 408 millions d'internautes, soit une croissance de 7% sur un an.

Les pays du sud de l'Europe (Italie, Espagne, Portugal) réunissent presque 56 millions d'internautes, soit 13,7% des internautes en Europe. Les pays dans lesquels le nombre d'internautes a le plus augmenté en 2012 sont la Russie (+17%) et l'Italie (+15%).

Les usages médias des Français passés au crible

A lire sur:

Pour la septième année, le cabinet Deloitte publie son Observatoire International de la Média Démocratie. L'étude souligne la croissance continue du taux d'équipement en appareils numériques à domicile, avec 76% des foyers interrogés qui détenaient un PC portable, 55% d'entre eux un smartphone (contre 36% en 2011) et 29% une tablette (contre 8% en 2011). Si les progrès sont notables, la France reste malgré tout légèrement à la traîne lorsqu'il s'agit d'évoquer le multi-équipement des foyers qui ne sont que 20% dans l'Hexagone à posséder à la fois au moins un PC portable, un smartphone et une tablette. Ils sont, à titre de comparaison, 36% en Norvège, 31% en Italie et 26% aux Etats-Unis, à être dans cette situation.

quelles sont les appareils que les français vont utiliser plus dans les 12
Quelles sont les appareils que les Français vont utiliser plus dans les 12 prochains mois ?© Deloitte
Les appareils tels que la tablette, le smartphone et la TV connectée vont de plus en plus investir le quotidien des français. La tablette arrive ainsi en tête des intentions d'achats, à 25%, suivie par le smartphone et la TV connectée qui culminent chacun à 9%. Une tendance qu'il faut toutefois pondérer par le fait que l'ordinateur portable reste un appareil indispensable. Les Français qui sont équipés à la fois d'un ordinateur portable et d'une tablette sont 75% à préférer le premier au second.

DigiWorld : la croissance numérique mondiale ralentit en 2012

A lire sur:
crédit photo © Anterovium -

Après avoir progressé de 3,9% en 2011, la croissance mondiale des marchés télécoms et Internet a été ramenée à 2,7% à 3169 milliards d’euros, observe l’Idate DigiWorld Yearbook.
Rendue publique mardi 28 mai, la 13e édition du rapport de l’Idate sur l’économie numérique (DigiWorld Yearbook 2013) témoigne du recul européen et du ralentissement mondial des marchés étudiés.
À l’échelle mondiale, la croissance des marchés télécoms, médias et Internet s’essouffle. Après avoir progressé de 4,7% en 2010 et de 3,9% en 2011, la croissance « numérique » a été ramenée à 2,7% à 3169 milliards d’euros, observe l’Institut d’études français. Ce recul s’explique par le tassement des marchés d’équipements, avec une croissance en baisse de 2,4 points pour l’ensemble télécoms / informatique / électronique. Si l’essor des tablettes et smartphones est indéniable, il ne compense pas encore la forte dégradation du marché mondial du PC. En revanche, on peut parler de « résistance relative » du marché des services TIC.
La situation varie d’une région à l’autre…

L’Europe doit repenser son marché des télécoms

En Europe, la croissance de l’économie numérique a été quasiment nulle en 2012 (+0,1% à 869 milliards d’euros), après deux années déjà difficiles (en France, la baisse s’accentue passant de -2,3% en 2011 à -4,2% en 2012). Le recul en valeur du marché européen des télécoms (298 milliards d’euros l’an dernier, contre 302 milliards en 2011 et 304 milliards en 2010) freine le segment numérique dans son ensemble.
« On observe sur l’année 2012 un différentiel de croissance des chiffres d’affaires de près de 10 points entre les opérateurs américains et européens », commente Yves Gassot, directeur général de l’Idate. Conscient du problème, l’exécutif européen appelle à la création d’un véritable marché unique des télécoms.
En attendant, les régions les plus dynamiques en matière d’activité numérique restent l’Asie/Pacifique (+3,9% à 913 milliards d’euros) et l’Amérique du Nord (+2,5% à 939 milliards d’euros). Dans la région, le seul marché des télécoms pèse désormais 266 milliards d’euros, contre 260 milliards d’euros en 2011. Le succès de la 4G influence la tendance.
L’Amérique Latine (+5,2% à 272 milliards d’euros) et la zone Afrique/Moyen-Orient (+8,2% à 176 milliards d’euros) sont également en croissance numérique.
Le marché des télécommunications dans le monde en 2012, selon l'Idate
Un écart de 10 points de croissance entre les opérateurs américains et européens en 2012 selon l’Idate.

La montée en puissance des OTT

Le marché évolue. L’intensification de la concurrence, notamment celle des acteurs OTT (over-the-top) – à savoir les multinationales du numérique comme Google et Amazon qui proposent leurs services via les réseaux des opérateurs télécoms – a bousculé l’univers des « telcos ».
« Les recettes des minutes téléphoniques chutent, le trafic des données explose et le déploiement des réseaux NGA (LTE, fibre) exige de gros efforts d’investissements. C’est dans ce contexte que les opérateurs télécoms sont amenés à réfléchir à l’évolution de leur business models », a conclu Didier Pouillot, directeur de l’unité stratégies télécoms à l’Idate.
Mobile, cloud et Big data constituent aujourd’hui les moteurs d’innovation pour l’ensemble des acteurs de l’économie numérique.
crédit photo © Anterovium –

The Latest Artificial Heart: Part Cow, Part Machine

A lire sur:

A French company is preparing to test a complex artificial heart that combines biology with machinery.

A new kind of artificial heart that combines synthetic and biological materials as well as sensors and software to detect a patient’s level of exertion and adjust output accordingly is to be tested in patients at four cardiac surgery centers in Europe and the Middle East. If the “bioprosthetic” device, made by the Paris-based Carmat, proves to be safe and effective, it could be given to patients waiting for a heart transplant. Currently, only one fully artificial heart, made by Tucson, Arizona-based SynCardia, has U.S., Canadian, and European regulatory approval for use in patients.
Attempts to completely replace the human heart with a prosthetic device started decades ago (see “CPR for the Artificial Heart”). It is hugely challenging to create a device that can withstand the harsh conditions of the body’s circulatory system and reliably pump 35 million times per year, as the heart does. Other complications, such as stroke caused by blood clots in artificial heart implants, have also caused setbacks. For these reasons, fully artificial hearts typically serve as a temporary measure, or as a “bridge to transplant,” although the FDA has recently granted a humanitarian use exemption for one of SynCardia’s artificial hearts for patients not currently eligible for a donor heart.
But the great need for a life-saving treatment in heart-failure patients has driven investigators, both in academia and private industry, to try to build a better artificial heart. Around 5.7 million people in the U.S. have heart failure at any given time, according to the Centers for Disease Control and Prevention. In these patients, the heart’s pumping abilities have grown so weak that it cannot deliver enough oxygen and nutrients to the body. Sometimes failure is limited to one side of the heart and can be treated with an implant that boosts flow but does not replace the heart entirely. But in cases where both sides of the heart are failing, a patient will need a heart transplant. And with demand for heart transplants far exceeding donations, patients can wait for years for a donor heart, while others may be ineligible altogether because of other health issues.
An artificial heart can provide a life-saving bridge while a patient waits for a transplant. Surgeons have implanted a SynCardia artificial heart in over 1,000 patients. Air is pumped from the external control system (which has recently evolved from a large, 418-pound driver to a wearable 13.5-pound driver) through tubes that connect through the skin into the device. Puffs of air expand two small balloons inside each chamber of the artificial heart, which pushes blood out of the prosthesis.
In Carmat’s design, two chambers are each divided by a membrane that holds hydraulic fluid on one side. A motorized pump moves hydraulic fluid in and out of the chambers, and that fluid causes the membrane to move; blood flows through the other side of each membrane. The blood-facing side of the membrane is made of tissue obtained from a sac that surrounds a cow’s heart, to make the device more biocompatible. “The idea was to develop an artificial heart in which the moving parts that are in contact with blood are made of tissue that is [better suited] for the biological environment,” says Piet Jansen, chief medical officer of Carmat.
That could make patients less reliant on anti-coagulation medications. The Carmat device also uses valves made from cow heart tissue and has sensors to detect increased pressure within the device. That information is sent to an internal control system that can adjust the flow rate in response to increased demand, such as when a patient is exercising.
The system was developed through collaboration between the European Aerospace and Defense Systems and Alain Carpentier, a cardiac surgeon who pioneered heart valve repair.
“It’s a brilliant device; I just worry about the size and mechanical durability,” says William Cohn, a heart surgeon at the Texas Heart Institute in Houston. Tasked with pumping 100,000 times or more a day, most artificial hearts don’t last more than a few years, says Cohn. “A device that lasts two to three years is, at best, a stopgap for transplant.”
Carmat’s device is just one of several artificial hearts in development across the globe. Cohn and colleagues have been testing another sort of artificial heart which does not generate a heartbeat, but instead continuously pumps blood out through the body. The hope is that a continuous-flow heart, although quite different than the natural organ, will avoid the risk of mechanical failure that hangs over the pulsing-flow artificial hearts.
Recently, the Texas Heart Institute recruited Australian engineer Daniel Timms to bring his novel continuous-flow artificial heart to Houston. The device is small, does not pulse, and has a single moving part: a magnetically levitated rotor that sports two impellers, one that pushes blood from the body into the lungs to be re-oxygenated, and the other to push the oxygen-rich blood into the body. The simplicity of the design, which Cohn says should resist mechanical wear and tear, contrasts with the complex Carmat artificial heart, which contains many moving parts. But Timms’s system is years away from being tested in patients, and will first be tested in calves.

Le marché mondial des PC va baisser de 7,8% en 2013 selon IDC

A lire sur:

Au lieu de 1,3% de baisse initialement prévu, le marché des PC dans le monde reculera de 7,8% en 2013. C'est la correction que vient d'apporter IDC à ses prévisions.  Les ventes de PC devraient même diminuer dans le monde au-delà de 2013.
En 2011, il s'est vendu 363 millions de PC dans le monde, 349,2 en 2012. Un coup d'arrêt attribué à la crise économique. IDC prévoyait un autre recul, de 1,3% en 2013, mais le cabinet d'études vient de réviser cette baisse et parle maintenant d'un recul de 7,8% pour ce marché mondial en 2013, avec  321,9 millions de PC.

Pire encore, IDC prévoyait une légère reprise en 2014, cette fois c'est à nouveau une baisse de 1,2% qui est prévue pour 2014. En 2017, le marché mondial sera à seulement 333,4 millions de PC vendus.

Le marché est en phase de transition et se tourne vers des PC optimisés pour Windows 8, plus minces, tactiles. « Les modèles et les dispositifs d'utilisation évoluent » note Loren Loverde, vice-président chez IDC, « beaucoup d'utilisateurs se rendent compte que l'informatique au quotidien, l'accès au web, aux médias sociaux, l'envoi de courriels, l'utilisation de nombre d'applications, ne nécessite pas beaucoup plus de puissance de calcul ou de stockage en local. Ils privilégient une variété de petits appareils, disposant de plus d'autonomie, avec des fonctionnalités spontanées et intuitives, et des interfaces tactiles. Ces utilisateurs n'ont pas nécessairement abandonné le PC, qui reste un environnement robuste, mais cela reste une part plus réduite de leur temps d'utilisation de l'informatique. »

Dans les entreprises, le marché reste difficile note IDC. Le cabinet s'attend à des remplacements en 2014 avec l'expiration de XP. Mais cela restera limité aux systèmes individuels plutôt qu'à de grands projets de mise à niveau. En outre, beaucoup de salariés ont déjà des PC portables avec des configurations adéquates. Passer à un nouveau système pour bénéficier de la baisse des prix ou pour passer à un PC portable contribue moins que par le passé à la croissance du marché.  En outre, le ByOD fait que 25% des salariés dans les entreprises de plus de 10 salariés utilisent leur PC personnel pour le travail, ce qui amoindrit les ventes de PC en entreprises.

Usages et équipements IT des Français analysés

A lire sur:

Selon une étude, les Français sont de plus équipés en matériels IT, ordinateurs, smartphones et tablettes. Les usages évoluent vers le double écran et les services de streaming.
20% des Français disposent à la fois d'un ordinateur, d'une tablette et d'un smartphone, ce qui fait d'eux de véritables « digital omnivores » selon L'Observatoire des usages et interactions télécom & média 2013 de Deloitte. De tous les pays étudiés, c'est en Norvège que l'on trouve le plus de personnes suréquipées (36%).

Dans le détail, 76% des Français possèdent un ordinateur, 55% un smartphone et 29% une tablette. Près d'un foyer sur deux (49%) possède également une console de jeu vidéo. Chacun de ces appareils a ses propres usages. Ainsi, l'ordinateur sert principalement à surfer sur internet (79% des sondés préfèrent l'utiliser pour cette activité), rédiger des e-mails (78%) ou encore consulter et modifier des documents (75%). Le smartphone, lui, est essentiellement utilisé pour envoyer des SMS (79%), passer des appels téléphoniques (75%) et prendre des photos (47%). Il ressort d'ailleurs que les 14-23 ans sont les plus adeptes du texto tandis que les 47-65 ans privilégient toujours les appels téléphoniques classiques. Enfin, la tablette favorise le téléchargement des applications gratuites (9%), la lecture des articles de journaux (8%) et le jeu (8%).

Sur internet, les Français privilégient la communication. Si l'e-mail (38%, -8 points) et la messagerie instantanée (24%, -8 points) ont toujours leur préférence, les chiffres démontrent que l'utilisation des réseaux sociaux et des forums est en nette progression (18%, +8 points). La proportion des sondés qui utilisent les réseaux sociaux pour communiquer au quotidien monte à 33% chez les 14-23 ans. Le seul autre usage en ligne qui progresse est la consultation de programmes télévisés (22%, +2 points)

Le double écran et le streaming plébiscités

L'étude s'attarde également sur le comportement des Français avec leur deuxième écran devant la télévision. Ils sont ainsi 31% à avouer naviguer sur internet tout en regardant des programmes télévisés, 27% à lire des e-mails et 23% à envoyer des SMS. La France se distingue en présentant les scores les plus importants dans ce domaine.

Au niveau de la vidéo, tous supports confondus, 37% des Français interrogés regardent aujourd'hui des films via des services de streaming ou de téléchargement en ligne, contre 35% qui privilégient toujours la lecture d'un Blu-ray/DVD (ou d'une VHS) sur son téléviseur.

En termes d'actes d'achat, 10% des Français ne possédant pas de smartphone prévoient d'en acheter un dans les douze prochains mois. Ce taux est de 8% pour les tablettes.

Cette étude a été réalisée dans dix pays : Allemagne, Australie, Corée du Sud, Espagne, États-Unis, France, Italie, Japon, Norvège et Royaume-Uni. Au total, 2 124 Français ont été interrogés.

Article de Relaxnews

Selon Accenture, les médecins se convertissent de plus en plus au numérique

A lire sur:

Capture d’écran 2013-05-29 à 10.03.00

Selon Accenture, les médecins se convertissent de plus en plus au numérique

Le cabinet Accenture a publié en ce début de mois les résultats de son enquête sur les pratiques numériques des médecins et leur adoption des dispositifs électroniques et dématérialisés dans le cadre de leurs activités. L’enquête menée auprès de 3700 professionnels concerne 8 pays : Les Etats-Unis, l’Angleterre, la France, l’Espagne, l’Allemagne, Singapour, l’Australie et le Canada.
Par rapport à 2011, l’ensemble des pratiques professionnels des médecins interrogés sont en croissance en 2012, et ce de manière globale dans l’ensemble des pays concernés, avec notamment une adoption massive et renforcée des dispositifs EMR (Electronic Medical Record) et HIE (Health information exchange).
Accenture Digital Doctor
Ainsi, entre 2011 et 2012, le nombre des médecins ayant un accès routinier aux dossiers électroniques des patients a augmenté de 42%, lequel accès constitue l’une des formes les plus basiques des dispositifs d’échange d’informations médicales HIE. De plus, 91% des médecins interrogés affirment utiliser les dossiers électroniques des patients à la fois à l’hôpital ou à la clinique mais aussi dans leur propre cabinet.
Accenture Health IT
Cependant, des écarts notables sont identifiés entre les pratiques des différents pays. Ainsi, Singapour assure le taux de croissance le plus important entre 2011 et 2012 en matière d’adoption des dispositifs numériques médicaux auprès de ses praticiens, soit près de 53% de croissance. L’Espagne et les Etats-Unis gardent aussi une avance en termes de maturité de leurs dispositifs et les taux d’adoptions des EMR de leurs praticiens. La France, par contre, assure un taux d’adoption moyen en légère croissance mais une faible propension de partage et d’échange d’informations médicales.

Les consommateurs impatients d’accéder à des services de communications unifiées

A lire sur:
Par Kathleen Comte 29 mai 2013 smartphone

Pour satisfaire les exigences des consommateurs qui attendent toujours plus de leur service de messagerie, les opérateurs devraient concentrer leurs stratégies sur l'unification de ceux-ci.
Même si le SMS est toujours très utilisé par les Américains, ces derniers ne seraient pas contre des services de messagerie plus complets et unifiés. Une nouvelle enquête d'Acision, révèle en effet que 79 % des utilisateurs de smartphones utilisent aujourd'hui des services de messageries multiples – SMS, MMS et applications de type messagerie instantanée (MI) / Over-the-top (OTT) – afin de répondre à leurs besoins en messagerie. Ces services doivent donc s'adapter comme l'explique Russell Grahame, VPS et directeur général d'Acision en Amérique du Nord, « alors que les comportements et les attentes des consommateurs évoluent et qu'ils sont à la recherche de services de messagerie plus riches pour communiquer et se connecter, il est vital pour les opérateurs d'agir rapidement et d'accélérer le lancement de leurs propres services de messagerie riches et basés sur la RCS, afin de créer un nouvel écosystème de communication.»

Ce que les consommateurs veulent

La combinaison d'exigences des consommateurs concerne principalement le coût, les fonctionnalités, et la qualité de service (assurance de pouvoir joindre n'importe qui, n'importe où, n'importe quand via des services de messageries multiples). Les répondants citent la fiabilité (40%), la vitesse (39 %) et la portée (32 %) comme des qualités de services clés qui sont devenues leurs principales raisons de les utiliser, (les utilisateurs préférant les services de messagerie OTT citent des raisons similaires). D'autres fonctionnalités sont également attendues par les consommateurs comme le fait de voir une réponse en cours de rédaction (31 %), et la messagerie de groupe (28 %). Cependant, il est difficile pour les services disponibles sur le marché de satisfaire l'intégralité de ces exigences, ce qui explique pourquoi l'utilisation simultanée des SMS et des services OTT/MI constitue le meilleur moyen de couvrir tous les besoins de base.

Une évolution inévitable

Les plate-formes, à l'instar du service « Joyn » proposé par Orange, qui combine les différentes fonctionnalités représente donc une grande opportunité pour les opérateurs. Car c'est cela désormais que les consommateurs veulent comme le dit R. Graham « les consommateurs amateurs de technologie souhaitent maintenant une combinaison [...] de fiabilité et de fonctionnalités enrichies, un besoin qui ne peut être satisfait qu'en utilisant de multiples services de messagerie de façon simultanée». Et les opérateurs non convaincus pourraient l'être en apprenant que selon les estimations des chercheurs, les recettes issues de la messagerie mobile à l'échelle mondiale pourraient atteindre jusqu'à 195,9 milliards de dollars d'ici à 2016, avec un trafic de messagerie lié à ces nouveaux services susceptibles de doubler au cours des trois prochaines années.
*L'enquête d'Acision, menée en avril 2013, repose sur les réponses fournies par 1 000 utilisateurs de smartphones aux États-Unis.

Les ventes d’appareils mobiles surpassent celles des autres objets connectés

A lire sur:

Par Pauline Trassard 29 mai 2013 Smartphones

L’arrivée massive des smartphones sur le marché a montré que les mondes de la technologie et du mobile ont fusionné. Et ce rapprochement semble maintenant s’accélérer avec l’émergence des tablettes.
Le smartphone domine toujours les ventes d’appareils connectés. C’est en effet ce qu’a montré Benedict Evans, analyste chez Enders Analysis, lors d’une présentation à l’occasion de la BookExpo America Convention à New York. En 2012, les ventes d’ordinateurs (portables et de bureau) ont légèrement baissé, atteignant un peu moins de 200 millions d’unités vendues. Au contraire, la vente de smartphones a explosé en passant de 300 à plus de 600 millions d’appareils vendus entre 2011 et 2012. Et quand on prend en compte tous les mobiles, le chiffre atteint même 1 700 millions de devices. L’entreprise américaine Apple a en fait réussi à s’imposer dans le monde du mobile, autant dans les ventes de smartphones que de tablettes.

“Le mobile est en train de manger le monde”

Les projections de 2013 estiment les ventes de smartphones et tablettes confondus à 1 250 millions, contre plus de quatre fois moins pour les ordinateurs (environ 300 millions d’unités). Ces chiffres peuvent s’expliquer par le fait que les consommateurs remplacent leur ordinateur tous les quatre ou cinq ans, alors qu’ils remplacent leurs mobiles tous les deux ou trois ans. Mais également par un changement dans les usages : les consommateurs ont maintenant tendance à privilégier les mobiles, qui est un appareil transportable et à usage personnel, à l’inverse de l’ordinateur qui est souvent partagé. En outre, les mobiles leur permettent, en plus d’avoir accès à Internet, d’utiliser des applications, des API ou encore la technologie de NFC. Un autre fait intéressant, est que le niveau de vente de tablettes est en train de rattraper celui des ordinateurs portables (tous deux entre 40 et 45 millions d’unités vendues), et a déjà dépassé celui des ordinateurs de bureau (à peine 35 millions).

La guerre des plate-formes

Sans aucun doute, Apple et Android (Google) sont des entreprises qui ont réussi à s’imposer sur le marché, rendant peu probable le fait que les autres plateformes- à savoir Windows Phone et Blackberry -  deviennent pertinentes. Microsoft semble ne pas avoir réussi à s’adapter à cette transition vers le mobile: l’entreprise qui vendait environ 90 millions de devices connectés en 2009, n’en vend plus qu’à peine 25 millions en 2013, et cela au profit d’Apple et Samsung. En effet, en 2012, 120 millions de tablettes on été vendues, dont 66 millions d’iPad. Le device d’Apple est d’ailleurs le plus utilisé dans toutes les zones géographiques, que ce soit en Europe, en Asie ou aux Etats-Unis. L’écosystème serait le point de levier clé : pour Apple, l'écosystème est ce qui permet de vendre du matériel. Tandis que pour Amazon, Google et Facebook, c’est l’expérience utilisateur qui prime et porte l’engagement envers leurs services.

Big Data & Analytics: Companies Need a Proper Plan

A lire sur:

By Pauline Trassard May 29, 2013 Stratégie

Embedding ‘big data’ and analytics into company operations enables firms to achieve gains in productivity and profit 5 - 6% higher than competitors in the sector. In order to harness this valuable data properly however they need to develop a plan from the start.

According to three business analysts who have just published an article* in McKinsey Quarterly, companies wishing to reap the benefits of harnessing ‘big data’ need to draw up a plan. If this seems blindingly obvious, it may be surprising to learn that the analysts found that the majority of firms do not take the time to draft a simple plan which would allow them to work out how data, analytics, frontline tools and people can be brought together to create business value.  “The power of a plan is that it provides a common language allowing senior executives, technology professionals, data scientists, and managers to discuss where the greatest returns will come from and, more important, to select the two or three places to get started,” underline the authors.  A good plan will highlight, among other things, which of the firm’s businesses will be allocated the most capital and what capabilities are needed to ensure strong performance.

Three core elements, plus ‘enabler’

The article argues that in order to put a plan together, a company should focus on three key areas: first, choosing the internal and external data they intend to integrate; second, selecting, from a long list of potential analytic models, the ones that will best support their business goals; and third, implementing intuitive frontline tools that integrate the analysed data into day-to-day processes and translate modelling outputs into tangible business actions in a way that employees will understand and take on board.  And while details and approaches will vary by industry, the authors point to a great structural similarity across industries. McKinsey’s advice is that most companies will need to plan major data-integration campaigns, using internal data from customers, transactions, and operations, plus external information from partners along the value chain. Going forward, they’ll also need to integrate data from sensors embedded in physical objects.  The analysts also point to a “critical enabler needed to animate the push toward data, models, and tools” – a Big Data Plan is likely to disappoint if the organisation does not have “the right people and capabilities.”

Key challenges for Big Data planning   

Each company’s Big Data Plan will need to meet a number of common challenges. The analysts underline that a plan must have the support of top management. In fact it is up to senior management to prioritise investment and balance it with the company strategy. In addition of course, they must ensure the plan is accepted by all employees. The authors compare the advent of Big Data planning with the introduction of company strategic planning several decades ago, pointing out that the basic decisional elements of a Big Data Plan are analogous to those of a Strategic Plan. Once the plan is in place it provides a pathway forward. Integrating data, launching pilot projects, creating new tools and training programmes can all take place as part of a clear vision.  The initial plan will obviously be adjusted over time. Indeed, one of the main advantages of big data and analytics is that firms can learn new things about themselves that up to now they have not been able to see.
* Big Data: What’s Your Plan? by Stefan Biesdorf, David Court and Paul Wilmott

Les consommateurs chinois, marché de plus en plus prometteur pour le e-commerce ?

A lire sur:

Par Ruolin Yang 29 mai 2013 chinese online shopper

Les sites de e-commerce seraient particulièrement appréciés des consommateurs chinois, qui se démarqueraient des autres pays dans l'intensité de leur consommation en ligne et dans la diversité d'accès à ces sites.
En Chine, 58% des consommateurs achètent au moins une fois par semaine en ligne. Soit le taux le plus élevé de tous les pays couverts par un rapport du cabinet d’audit et de conseil PwC. intitulé Demystifying the online shopper: 10 myths of multi-channel retailing. Sur une enquête de plus de 11,000 web-acheteurs issus de 11 pays différents*, le rapport démontre surtout la volonté des consommateurs à varier les canaux d'accès à l'achat, que ce soit en utilisant différents médias sociaux, que différents moyens d'accès à internet, et en cumulant achat en ligne et achat dans une boutique physique.

Les web-acheteurs chinois, consommateurs actifs en ligne

Ainsi, si seulement 30% des consommateurs chinois interrogés lors de l’enquête font du shopping en ligne depuis plus de cinq ans, un taux faible comparé à 44% de l’échantillon global, ils sont beaucoup plus enthousiasmés par l’achat en ligne. Les web-acheteurs chinois sont aussi beaucoup plus susceptibles que leurs homologues dans le monde à utiliser des smartphones ou des tablettes, plutôt que des PC, pour faire des achats en ligne. Par ailleurs, les réseaux sociaux ont une place importante dans l’e-commerce chinois. Les web-acheteurs chinois sont plus engagés sur les réseaux sociaux: 57% d’entre eux disent qu’ils y suivent leurs marques préférées, alors que le taux est à 38% sur l’ensemble des interrogés. Ils se servent des médias sociaux pour trouver de nouvelles marques ou interagir avec les marques en fournissant des commentaires sur des produits.

Les magasins physiques sont toujours appréciés par les consommateurs chinois

Malgré la popularitécroissante des achats en ligne, les consommateurs chinois achètent encore dans les magasins physiques. “83% de nos interviewés chinois aiment faire du shopping dans les magasins au moins une fois par mois, contre 76% de l’échantillon mondial.” a commenté Mme Carrie Yu, chef des produits consommateurs chez PwC. Le fait de pouvoir voir, toucher et essayer des produits sont les raisons principales qui les poussent à se rendre aux magasins physiques. Enfin ceux-ci paraissent fidèles aux marques, puisqu'en effet, deux tiers des web-acheteurs chinois (54% le taux global) affirment passer plus de temps sur les sites de leurs trois premières marques préférées depuis le début de leurs expériences d’achats multicanaux.
*Canada, Chine, France, Allemagne, Pays-Bas, Russie, Suisse, Turquie, Royaume-Uni, États-Unis.

Le numérique, une nouvelle intelligence au service de l'industrie

A lire sur:


Le numérique, une nouvelle intelligence au service de l'industrie

© Saad Faruque - Flickr - C.C.

Le numérique, une nouvelle intelligence au service de l'industrie

"Le Cloud peut ramener de 35 à 50% de gain de compétitivité aux entreprises qui l'utilisent", affirme Laure de la Raudière, députée de l'Eure-et-Loir et secrétaire nationale de l'UMP en charge du numérique. "Si les bonnes décisions sont prises, le numérique peut créer un millions d'emplois en France d'ici 10 ans", renchérit Gilles Babinet, Digital champion tricolore auprès de la comission européenne. La révolution numérique est en cours, l'industrie ne peut passer à côté. Ce message, L'Usine Nouvelle s'en fait le héraut depuis longtemps. A l'occasion du Smart Industry Summit que nous organisons, notre rédaction consacre un dossier à la digitalisation de l'industrie en marche.